Renault

Publié par panel55 le

Saison F1 2018 Renault – Fièvre jaune

Cette année, nous attendons un grimpeur de haut niveau. Une ancienne équipe championne. Une qui progressera à grands pas après des années d’un marasme persistant.

Cependant, ce n’est peut-être pas le grimpeur en hauteur que tout le monde avait prévu avant le début des essais. Plutôt que la papaye de McLaren, l’évidence du début de la boxe d’ombre de 2018 était que nous pourrions plutôt avoir besoin de regarder vers le jaune de Renault.

Cela n’aurait pas dû être une surprise, car les objectifs de Renault sont ambitieux. Bien sûr, il s’agit d’un effort de travail, un effort qui, comme nous l’avons mentionné, a un pedigree de championnat. Elle se réarme après près d’une décennie de sous-investissement et ses effectifs sont passés de 470 à 750 personnes depuis 2015, date à laquelle Renault a repris le collectif Enstone. Cyril Abiteboul, le patron du team, a déclaré qu’il voulait que Renault remporte à terme des titres, et à 85 % de la taille de ses principaux concurrents.

Le directeur technique, Bob Bell, a déclaré que Renault  » a poussé comme un fou  » sur le châssis de cette année, navigue consciemment près du vent au refroidissement pour ne pas compromettre l’aérodynamisme, tout en repoussant l’enveloppe légale en matière d’échappement sur l’aile arrière. L’embauche de l’ancien chef technique de F1 de la FIA, Marcin Budkowski, a été controversée, mais sera bénéfique (c’est pourquoi elle a été controversée).

Et il a montré dans les essais, où le penny a chuté parmi les observateurs sur le potentiel de Renault. Toto Wolff, le patron de Mercedes, n’est pas moins hautain que Toto Wolff, qui a désigné Renault comme l’équipe qui va faire le plus grand pas entre les saisons. La voiture était assez fiable aussi, et il y a de grosses améliorations en cours de route. McLaren a beaucoup plus de pain sur la planche que nous ne le pensions pour obtenir le meilleur du reste derrière les  » trois grandes  » équipes.

De plus, l’équipe ne cède pas grand-chose à ses rivaux, et quoi qu’il arrive, la bataille entre Nico Hulkenberg et Carlos Sainz sera d’un grand intérêt.

Quoi de neuf pour Renault

Renault a signé la saison dernière à Abu Dhabi en tant que quatrième équipe la plus rapide, bien qu’il ait encore une seconde de retard sur Red Bull avec le même moteur, ce qui souligne l’importance de la tâche finale qui l’attend. La fiabilité était également un domaine à améliorer l’année dernière. Alors que les doutes autour du moteur Renault s’appliquent tout autant à l’équipe d’usine qu’à ses clients. Les combats de championnat sont donc encore à quelques années d’intervalle.

Cette saison sera donc une saison de transition. Mais Renault va certainement dans la bonne direction, et un peu plus vite que prévu.

Catégories : Ecuries