Red Bull

Publié par panel55 le

Saison F1 2018 Red Bull – Les Bulls sont de retour en ville ?

« Je pense qu’il y a trois équipes rapides et qu’il n’y a aucun doute que Red Bull sera les personnes avec lesquelles nous allons nous battre cette année « , a déclaré James Allison, responsable technique de Mercedes, lors du deuxième test à la télévision. « Il n’y a aucun doute là-dessus.

« En regardant ce qu’ils ont apporté ici, je dirais qu’ils ont encore de la carrosserie à mettre en place avant Melbourne. »

Oui, quoi qu’il se soit passé d’autre en pré-saison, Red Bull a fait parler d’elle.

Oui, nous attendons depuis un certain temps que Red Bull s’intensifie et livre un véritable combat de saison pour le championnat entre elle, Mercedes et Ferrari. Oui, Red Bull nous déçoit depuis plusieurs années en début de saison, en se détachant de la compétitivité avec laquelle il avait terminé la saison précédente.

L’année dernière, à ce stade, le Red Bull était visiblement dénudé et a pris le départ à Melbourne, bien que l’équipe ait pu atténuer les problèmes de corrélation en soufflerie. Fidèle à son habitude, il a repris son chemin à mesure que l’année avançait et, pendant un certain temps à l’automne, il a même semblé donner le ton de façon constante.

Et cette fois-ci, pour la première fois depuis un certain temps, il semble que le Red Bull ait maintenu sa place hautaine pendant la période de fermeture. Toutes les estimations de l’ordre d’importance des tests avaient le Taureau près ou même au sommet. Le  » test de la vue « , qui consiste à observer le RB14 sur la piste, l’a confirmé. Ses longs runs sont bons aussi.

Daniel Ricciardo est d’accord au moins sur un point. « Je pense que Mercedes en a un peu sur nous, dit-il, mais je ne pense pas que ce soit trop. Je ne pense pas qu’on parle de six ou huit dixièmes, comme l’année dernière à la même époque. »

Quelques doutes chez Red Bull

Il y a cependant quelques doutes, et encore une fois des doutes familiers. Dans un écho de quelques saisons précédentes, Red Bull est apparu dans le premier test comme ne faisant pas le meilleur des choses. Ses bargeboards étaient soit enlevés, soit tombés (nous n’étions pas tout à fait sûrs), tandis que Max Verstappen perdait beaucoup de carburant en raison de fuites de carburant, alors qu’il les mettait dans des bennes. Mais au deuxième test, la voiture fonctionnait comme une montre.

Dans un autre, plus fort, l’écho des années précédentes, il reste le doute sonnant de son moteur Renault, et son déficit à Mercedes et Ferrari. Une fois de plus, l’accent mis par Renault en pré-saison semblait davantage sur la fiabilité que sur la performance, en particulier autour de la MGU-K, ce qui préoccupe les Français depuis un an. Les rumeurs selon lesquelles Mercedes et Ferrari produiraient 1000 ch ces jours-ci n’auront pas amélioré l’humeur de Red Bull ; les qualifications risquent de laisser les Bulls particulièrement essoufflés. Son avenir pourrait bien être japonais.

Mais ici et maintenant, pour Red Bull, les choses semblent plus prometteuses qu’elles ne l’ont été depuis longtemps.

Catégories : Ecuries